champ recherche
logo SN SFD
reunions scientifiques
10ème réunion commune SFD / SN

 

affiche

 

télécharger l'affiche

 

 

Marrakech 2008 - 26-29 novembre

Palais des Congrès Mansour Eddahbi

en partenariat avec la Société marocaine de Néphrologie

 

PROGRAMME FINAL

 

cliquez ici

 

SOUMISSION EN LIGNE DES RESUMES

 

cliquez ici

 

attention date-limite pour les résumés : 31 mai 2008 - 23h59

 

INSCRIPTION ET HEBERGEMENT

 

formulaire d'inscription et d'hébergement

 

INFORMATIONS ET INSCRIPTION

MCO CONGRÈS

27 Rue du Four à Chaux

13007 Marseille

+33 4 95 09 38 00

+33 4 95 09 38 01

http://www.mcocongres.com

 

POUR LE MAROC

M DESTINATION

12-14 Rue du Marché

Maarif, Casablanca

MAROC

+212 22 23 52 22

+212 22 23 52 21

 

 

 

MARRAKECH 2008 : REMISES DES MÉDAILLES JEAN HAMBURGER

Raymond ARDAILLOU

Pr Raymond Ardaillou

 

Raymond Ardaillou est une des grandes figures de la physiologie rénale. Interne puis Chef de Clinique-Assistant dans le service de Jean Hamburger à Necker, il est le témoin puis l’un des acteurs de l’essor de la Néphrologie et d’une manière générale de la médecine scientifique ou, traduit en langage contemporain, de la médecine basée sur des preuves. Au début des années 60 il suit, avant Claude Amiel, Gabriel Richet venu établir à l’hôpital Tenon ce qui va devenir un des grands centres de la néphrologie en France. Là, il invente et crée un laboratoire d’explorations fonctionnelles rénales, endocriniennes et métaboliques. Il y développe en particulier l’analyse de l’équilibre hydro-électrolytique, acido-basique et phospho-calcique. Il multiplie les travaux d’investigation clinique dans ces différents domaines comme dans celui de l’hypertension. Son efficacité et ses qualités pédagogiques basées sur la grande clarté de ses connaissances font que son service attire régulièrement des collègues étrangers, des internes, futurs néphrologues universitaires.

Mais il ne se contente pas de cette approche et développe dans le cadre de l’INSERM une recherche cognitive centrée pour l’essentiel sur l’identification et la fonction de médiateurs vasoactifs, au premier rang desquels se trouve le système rénine-angiotensine. Le succès de ses recherches et la facilité avec laquelle il établit des contacts nationaux et internationaux font qu’il acquiert rapidement une grande notoriété. Parallèlement, conscient que pour développer nos connaissances en physiologie rénale et les traduire en explorations fonctionnelles rénales il faut une bonne maîtrise des structures, des personnels et des moyens financiers et donc une connaissance parfaite des voies complexes de leur attribution, il n’hésite pas à consacrer temps et énergie à de multiples commissions où il siège comme membre ou président (CME, CNU, CSS du CNRS et de l’INSERM, ESCI, …). Maintenant retraité aux yeux de l’administration, il est toujours attentif au devenir de ses élèves et plus actif que jamais à l’Académie de Médecine et à la Fondation du Rein qu’il préside. La médaille Jean Hamburger couronne aujourd’hui un parcours exemplaire.

 

Laurent BAUD

 

Driss ZAID

Pr Driss Zaid

 

Driss Zaïd est une des grandes figures de la Néphrologie maghrébine, africaine & arabe. Après des études médicales à Rabat et une solide formation chez Marcel Legrain à la Pitié Salpetrière, il participe au démarrage de la toute jeune faculté de médecine de Casablanca. Il y enseigne la Néphrologie, mais aussi la Pharmacologie, la Physiologie et la Médecine Expérimentale.

A partir de 1978, il dirige le service de Réanimation Médicale du CHU Ibn Rochd de Casablanca où, après quelques revers, il réussit à mettre en place, pour la première fois, un programme de dialyse pour traiter les patients atteints d’insuffisance rénale aiguë. En 1982, son agrégation inaugure la reconnaissance de la Néphrologie comme spécialité médicale indépendante au Maroc. Il fond le service de Néphrologie au CHU de Casablanca où Il met en place un modèle de financement de la dialyse périodique par les ONG pour les démunis. Il est derrière l’ouverture d’un grand nombre de centres de dialyse hospitaliers. Actuellement, près de 40% de l’activité de dialyse au Maroc suit le modèle qu’il a développé à Casablanca. En 1986, Il inaugure la formation des médecins spécialistes en Néphrologie à Casablanca et il effectue avec ses collaborateurs la première greffe rénale au Maroc. Il est la cheville ouvrière pour la mise en place du cadre réglementaire et devient le premier Président du Conseil Consultatif de Transplantation d’Organes et de Tissus.

Driss Zaïd fait partie des pionniers de la Néphrologie du Sud. Il est parmi les fondateurs de l’Association Africaine de Néphrologie et de la Société Arabe de Néphrologie. Il co-fond à Casablanca le Club d’Immunologie et préside la Société Marocaine de Néphrologie (1987-1997) et la Société Marocaine d’Hypertension Artérielle (depuis Avril 2007).

Il est aussi un enseignant exceptionnel. Il illustre avec brio le modèle d’enseignement clinique au lit du malade. Ses élèves, dont plus d’un tiers des néphrologues marocains, se rappellent avec nostalgie ses interprétations d’un ionogramme ou ses explications d’un mécanisme de physiologie rénale. Mais surtout, il inculque aux nombreux néphrologues qui ont eu la chance d’être formés à son école ce qu’il aime appeler "le rôle social" du médecin.

Homme de conviction et travailleur infatigable, avec sa chaleur humaine, son sens du partage et sa générosité, Driss Zaïd incarne le modèle de l’acteur engagé pour le développement de la Néphrologie au service du malade. La Néphrologie marocaine, et la Néphrologie du Maghreb, sont fières et heureuses que la Société de Néphrologie, donc toute la communauté de Néphrologie francophone, ait choisi de l'honorer aujourd’hui.

 

Mohammed BENGHANEM

 

AIRG

 

AIRG

 

L’Association pour l’Information et la Recherche sur les maladies Génétiques rénales (AIRG) a été créée en 1988. Elle a fêté ses 20 ans cette année. La Société de Néphrologie l’honore et s’honore en lui décernant la médaille Jean Hamburger : en effet les acteurs de la néphrologie sont non seulement les néphrologues, mais aussi tous les professionnels de santé impliqués dans les soins et la recherche, et les Associations de patients dont le rôle est si important.

L’AIRG a rempli deux missions :

1) Informer les patients, les familles, les médecins, les infirmières/infirmiers sur les maladies rénales génétiques, notamment lors des Journées annuelles et de réunions locales, à Paris et hors de Paris, et en éditant des plaquettes consacrées aux diverses maladies génétiques et distribuées aux patients et aux familles, mais également à toutes les réunions des professionnels de la néphrologie. Qui ne connaît ces plaquettes et les militantes infatigables et souriantes de l’AIRG présentes à chaque congrès ? Informer pour comprendre et dialoguer était et reste un objectif majeur à cause des progrès de la génétique et de la naissance de la néphro-génétique clinique.

2) Susciter des projets et soutenir la recherche en génétique rénale : une allocation de recherche est remise chaque année par la Société, financée par l’AIRG ; d’autres aides à la recherche sont apportées ( polykystose rénale, cystinose etc…) ; un projet de recherche européen sur le syndrome d’Alport a été lancé grâce à l’aide de Marie et Richard Berry, et s’est concrétisé. Car pour l’AIRG, il n’y a pas de « grandes » et de « petites » maladies génétiques ; toutes « méritent » la même attention et la même solidarité : le soutien aux familles, le besoin d’information et de recherche sont les mêmes.

Enfin le succès de l’AIRG est attesté par la création d’AIRG-sœurs en Espagne, en Suisse et en Belgique (et dans d’autres pays à l’avenir). Les attentes sont les mêmes dans les pays européens. Les liens sont forts entre ces Associations animées par le même esprit : informer, répondre aux questions et aux besoins, contribuer à promouvoir les progrès pour mieux comprendre et mieux traiter.

 

JP Grünfeld

 

back
top
 
OK
effacer
plus
OK
effacer
plus
OK
effacer
plus