champ recherche
logo Soc Nephrologie
admin
actualités, éditos, nouveautés du site

 

 

Questionnaire anticoagulation au cours du syndrome néphrotique

 

 

Chers collègues,

Au cours du syndrome néphrotique, il est couramment admis qu’une anticoagulation efficace (hypocoagulante) doit être envisagée devant une hypoalbuminémie importante (<20g/L) notamment lorsqu’il s’agit d’un SNI ou d’une GEM.

Ces pratiques reposent sur les recommandations formulées à la fois par l’HAS et par les KDIGO. Cependant, ces recommandations sont basées sur des études rétrospectives sans que l’on dispose actuellement d’études prospectives randomisées contrôlées permettant de juger de l’indication formelle de ce traitement en termes de bénéfice et d’effets secondaires. La principale étude est l’analyse réalisée par Sarasin et al., en 1978, démontrant un bénéfice de l’anticoagulation préventive supérieur aux risques dans une population sélectionnée à haut risque thromboembolique (sujets présentant un syndrome néphrotique secondaire à des GEM).

Afin de mieux appréhender les pratiques quotidiennes de notre communauté médicale au cours du syndrome néphrotique, nous vous sollicitons dans le but de répondre à ce bref questionnaire, qui nous permettra d’analyser vos habitudes concernant l’anticoagulation efficace (hypocoagulante) chez des patients présentant un syndrome néphrotique avec hypoalbuminémie, en fonction de la glomérulopathie sous-jacente.

Nous envisageons, aux vues des réponses à ce questionnaire, de proposer rapidement une étude multicentrique randomisée contrôlée concernant la place du traitement anticoagulant efficace (hypocoagulant) au cours des syndromes néphrotiques en fonction de l’importance de l’hypoalbuminémie et de l’étiologie du syndrome néphrotique.
Vos réponses à ce questionnaire sont primordiales afin que nous puissions mettre en place une étude remportant l’adhésion de la communauté néphrologique.
Nous vous remercions pour le temps que vous nous accorderez et attendons vos retours avec grand intérêt.

Vincent Audard (Hôpital Henri Mondor, APHP, Centre de Référence Syndrome Néphrotique Idiopathique de l’enfant et de l’adulte), Alexandre Karras (HEGP, APHP), Claire Rigothier (CHU de Bordeaux).

 

 

Accéder à la page

 

 
OK
effacer
plus
OK
effacer
plus
OK
effacer
plus